Le libre-échange profite-t-il réellement au pouvoir d’achat ?

Publié le par Debout La République Pas-de-Calais

Les fervents supporters de cette mondialisation complétement dérégulée continuent de mettre en avant le pouvoir d’achat qui selon eux se serait accru de façon très importante grâce au libre-échange.
D’ailleurs Alain Minc au combien adorateur de la globalisation marchande nous explique que la mondialisation profite aux consommateurs français.

 

Il est évident à première vue que l’exploitation des ouvriers chinois payés 90 euros par mois dans leur pays pour fabriquer nos baskets, nos textiles ou les jouets de nos enfants a un impact sur le prix final, un impact qui semble profiter au portefeuille du français moyen. Toutefois ces coûts allégés sont-ils réellement bénéfiques sur le long terme pour nous, consommateurs ?

 

Dans un premier temps et d’un point de vue qualitatif il est indéniable que la qualité des produits provenant de l’esclavage moderne semblent nettement inférieure aux produits «Made in France»,.

On ne s’improvise pas producteur industriel d’un claquement de doigts. La France a l’avantage de détenir une main d’œuvre parmi les plus qualifiées au monde, et en résulte un savoir-faire dont on peut se prévaloir puisque depuis des années nos quelques usines encore en place réalisent des produits d’une grande qualité, qui auront une durée de vie bien plus longue que le produit «Made in China».

Alors, bien que le produit fabriqué en France coûtera plus cher cela ira dans le sens du consommateur qui sur le long terme profitera de la qualité et de la longévité des produits. Acheter plus cher ou acheter plus souvent des produits moins chers et de moins bonne qualité voilà la question qu’il faut poser aux consommateurs Français. D’autre part bon nombre de ces produits à faible valeur ajoutée émanant des pays émergents ne respectent pas les normes européennes qui sont pourtant imposées à nos propres exportations.

En effet ,de multiples directives sanitaires destinées à protéger la santé des consommateurs sont imposées aux industriels Français mais ceci n’est pas réciproque ! Nos acheteurs peuvent jouir de la sécurité des productions européennes mais ceci n’est pas le cas pour les produits fabriqués en Asie. Ces derniers ne peuvent pas être vérifiés par les douaniers, ainsi bon nombre de produits dangereux inondent notre marché. Il n’est pas rare en effet que l’on découvre des défauts de fabrication qui mettent en jeu la santé des consommateurs

 

Le libre-échange profite-t-il réellement aux portefeuilles des Français ? Les dépenses obligatoires des Français se répartissent ainsi : En premier nous avons les dépenses liées au logement, puis celle des transports et très loin derrière nous avons les dépenses de textile et d’appareil électronique. Il est important de rappeler aux partisans du libre-échange sauvage que la mondialisation n’a aucun impact sur le coût des loyers, des transports, des abonnements téléphoniques, de l’électricité ou encore des services d’assurance ou bancaires.

Or, ce sont ces dépenses qui nous sont indispensables.

 

D’autre part, si toutes les délocalisations continuent comme depuis des années , l'augmentation du chômage entrainera irrémédiablement la privation de tout pouvoir d'achat pour bon nombre de ménages .

Pierre PAIN

 

 

Publié dans Dans l'actualité

Commenter cet article