La France boira le calice jusqu'à la lie

Publié le par Debout La République Pas-de-Calais

 

Nos maîtres à Bruxelles viennent de rendre leur avis sur la politique de la France. Et à en croire leurs perspectives, la politique du gouvernement socialiste est un échec cuisant. Avec une croissance estimée à 0,1% et un déficit à 3,7% du PIB pour 2013, la déconvenue est rude pour le gouvernement socialiste. Loin d'inverser la courbe du chômage, la France va s'enfoncer encore un peu plus dans la crise.

Comme tout économiste raisonnable l'avait prévu, les efforts exigés par François Hollande depuis 8 mois ont été des sacrifices vains.

Les Commissaires ont beau jeu de constater aujourd'hui le désastre. Cet échec est aussi leur échec. Le gouvernement socialiste, en élève docile, a appliqué à la lettre les instructions des Commissaires bruxellois. Et le résultat n'est pas vraiment probant. C'est le moins que l'on puisse dire...

M. Ayrault se refuse à parler de rigueur ou d'austérité. C'est pire que ça. La politique menée est une politique d'euthanasie méthodique de la croissance. Avec la complicité de Bruxelles il s'évertue à étouffer dans l’œuf tous les ressorts de reprise économique. Et malgré ce désastre économique, MM. Ayrault et Hollande vont continuer à obéir gentiment à leur gourou bruxellois. Le lavage de cerveau est tel que la France vient de céder de nouveaux pouvoirs aux Commissaires bruxellois. Désormais ceux-ci pourront réviser les budgets nationaux avant même qu'ils soient étudiés par les parlements nationaux. Décidément la France boira le calice jusqu'à la lie.

L'Union européenne est une secte qui vit hors des réalités. Si nous continuons à céder à son emprise tentaculaire, nous allons sombrer avec elle. Ce sera inévitable.

Je refuse d'assister spectateur à ce sabotage de notre économie. Nous n'avons aucune raison d'obéir aux maitres-chanteurs bruxellois. Au lieu de se focaliser sur le déficit, mettons le paquet sur la croissance. Comment ? En dévaluant l'euro, en rétablissant la loyauté de l'échange avec les pays n’ayant ni nos normes sociales ou environnementales, en baissant les charges pour les PME, en investissant massivement dans des projets d'avenir...

Libérons-nous de l'emprise de nos maîtres bruxellois. Apprenons à penser par nous-mêmes. Soyons créatifs, soyons inventifs !

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l'Essonne
Président de Debout la République

Publié dans Dans l'actualité

Commenter cet article